ecolescommunales.be - logo
Travaux des élèves
Dans la peau de mon instit. PDF Imprimer Envoyer
Travaux des élèves - Noirefontaine

Mercredi 14 février. Ce matin, j’ai du mal à ouvrir les yeux. Un nouveau jour d’école m’attend, mais je n’arrive pas à m’extraire du lit … Bizarre !

Je me dirige tant bien que mal vers la salle de bain, ouvre la porte et, STUPEUR, tombe nez à nez avec un nouvel instituteur !

HORREUR ! Ce n’est pas monsieur Michaël qui se trouve face à moi, c’est mon reflet ! Pendant mon sommeil, je me suis transformé en instit !!!

8 H 30. La sonnerie retentit. Les élèves (ceux qui étaient encore hier mes copains) se rangent face à moi, mais je dois à tout prix garder mon secret. Alors, pour ne pas éveiller les soupçons, je vais tenter de jouer mon rôle à la perfection…

 

... La sonnerie sonne et les élèves se rangent devant moi et m’annonce un absent et c’est moi. En rentrant en classe, je leur demande de dire leur prénom. Puis un moment j'entends un bruit bizarre, je vois Madame Christine qui arrive en volant, je ferme la porte en croyant qu'elle ne vient pas dans ma notre classe, puis avec un laser, elle fait une sorte de grand rond, puis elle me parle.

Dix minutes plus tard, elle arrête de me parler et elle part mais Madame Christine n’a pas cette voix. Alors, je vais aux toilettes et je vois des bouts de corde partout, alors je me dis que la vraie Madame Christine a disparu. Puis l’heure de la récréation de 10h10 arrive et cette histoire me tourne dans la tête.

En rentrant en classe, on travaille sur le carnaval, en allant aux toilettes je vois cette fois-ci des déguisements et les bouts de corde, puis je pense a quelqu’un qui voulais prendre la place de Madame Christine, mais il y a une autre question : où a-t-il caché Madame Christine ?

Puis c’est l’heure du dîner, moi ma journée est terminée puisqu’ils ont morale et religion, mais je vais encore rester l’après-midi pour chercher Madame Christine. Je vais en classe, rien, je fais le tour à l’extérieur, rien. Puis je vois une étagère qui n’a jamais été ouverte, je l’ouvre et je vois Madame Christine, et une autre Madame Christine. Puis la vraie Madame Christine téléphone aux exterminateurs.

Dix minutes plus tard, ils arrivent et aspirent la méchante Madame Christine. Puis l’heure de 15 h 30 arrive, après avoir terminé de corriger je rentre chez moi et puis “Pouf”, je redeviens un enfant.

Clément

 

… Je me demande par quoi commencer ? Je trouve et je commence à écrire un message pour les parents de mes élève, puis je vois les élèves, ils ne travaillent pas. Je leur donne une feuille d’exercices, je reprends mon message destiné aux parents : “Désolé, pour le retard de ce message, je vous informe d’une sortie donc, cela veut dire que vous devez venir rechercher vos enfants vers 16h00, merci”. Je prends mon téléphone pour louer un bus et voilà. “Dring” ! J’entends la cloche.

La récré passe. Je parle aux élèves pour leur dire que nous allons aller au Trampoline Park. Tout à coup, les élèves commencent à crier de joie. Je leur propose de regarder “Ducobu 3”. Au milieu du film, j’entends “toc toc “, j’ouvre la porte, le directeur est là. Il me dit que faire une sortie qui n’est pas prévue est interdit ! Midi passe, je me dis tant pis, on part quand même.

On arrive au Trampoline Park. Une heure passe. Pendant cette heure, ils s’amusent. Je leur crie qu’on part maintenant.

On monte dans le bus. Je vois la voiture du directeur, je me dis : “Mince alors”. J’appuie sur la pédale. Mais les policiers bloquent la sortie du parking. Ils me sortent du bus et m’embarquent dans leur voiture et ils m'emmènent à l'école.

Je repars chez moi et je plonge dans mon lit. Oh mince les enfants sont au parking ! Oh et puis tant pis…

Je m’endors et je me réveille chez moi et dans mon vrai corps ça me soulage que c'était un mauvais rêve.

Kenzo

Mise à jour le Vendredi, 03 Avril 2020 11:58
 
Dans la peau de mon instit. PDF Imprimer Envoyer
Travaux des élèves - Noirefontaine

Mercredi 14 février. Ce matin, j’ai du mal à ouvrir les yeux. Un nouveau jour d’école m’attend, mais je n’arrive pas à m’extraire du lit … Bizarre !

Je me dirige tant bien que mal vers la salle de bain, ouvre la porte et, STUPEUR, tombe nez à nez avec un nouvel instituteur !

HORREUR ! Ce n’est pas monsieur Michaël qui se trouve face à moi, c’est mon reflet ! Pendant mon sommeil, je me suis transformé en instit !!!

8 H 30. La sonnerie retentit. Les élèves (ceux qui étaient encore hier mes copains) se rangent face à moi, mais je dois à tout prix garder mon secret. Alors, pour ne pas éveiller les soupçons, je vais tenter de jouer mon rôle à la perfection…

 

… Je rentre en classe et je dis : ”Asseyez-vous, aujourd'hui, on va faire des maths.” Je donne les feuilles, puis tout à coup, j’entends : “Boum”. Ethan est tombé de sa chaise. Il ne bouge plus. Il est assommé on appelle l’ambulance puis, quand les ambulanciers arrivent, il se relève et il fait : “Bouh”. Bien sur tout le monde rigole. Mais je ne peux pas rigoler pas parce que je suis Monsieur Michaël. Je dis qu’il est l’heure de la récré.

Après la récré, on parle du cercle, du disque et enfin du nombre pi. Quand on parle du disque, il faut que Pauline me dise que le disque c'est pour écouter de la musique. Après puisque je suis Monsieur Michaël. Il faut que je raconte la blague.

Puis tout le monde va manger.

A 13h30, on fait des solides et figures, puis l'après-midi est vite finie. Je rentre chez moi et je redeviens normal.

Jérémy

 

… Je me dis que je ne dois pas faire de fautes.

La sonnerie retentit, ils se rangent devant moi. On rentre dans la classe. Puis ils font des exercices.

Il est 10 heures, on va en récréation. Puis la sonnerie retentit encore. Ils se rangent devant moi. On rentre en classe. Je demande à un élève de venir au tableau marquer la réponse et la réponse est bonne. Puis un élève me demande pourquoi Audeline n’est pas là et je lui réponds qu’elle a changé d’école.

J’entends une voix et je me réveille, mais tout cela n’était qu’un rêve.

Audeline

Mise à jour le Lundi, 30 Mars 2020 08:18
 
Dans la peau de mon instit. PDF Imprimer Envoyer
Travaux des élèves - Noirefontaine

Mercredi 14 février. Ce matin, j’ai du mal à ouvrir les yeux. Un nouveau jour d’école m’attend, mais je n’arrive pas à m’extraire du lit … Bizarre !

Je me dirige tant bien que mal vers la salle de bain, ouvre la porte et, STUPEUR, tombe nez à nez avec un nouvel instituteur !

HORREUR ! Ce n’est pas monsieur Michaël qui se trouve face à moi, c’est mon reflet ! Pendant mon sommeil, je me suis transformé en instit !!!

8 H 30. La sonnerie retentit. Les élèves (ceux qui étaient encore hier mes copains) se rangent face à moi, mais je dois à tout prix garder mon secret. Alors, pour ne pas éveiller les soupçons, je vais tenter de jouer mon rôle à la perfection…

 

… Je rentre en classe avec les élèves. Je commence par faire les présences mais je leur demande où est Juliette. Ils me répondent qu’ils ne savent pas. Je prends les feuilles qui sont sur le bureau, c’est du français, je leur donne des feuilles.

10h10 : Je leur dis qu’ils peuvent aller se ranger. On va dehors, quand je vois que deux élèves se disputent, je vais voir pour qu’elles m'expliquent l’histoire, je leur demande que ça ne se reproduise plus.

Moi, je rentre en classe pour préparer les autres feuilles, mais je ne sais pas quoi faire. Je fouille dans toutes les armoires et tous les tiroirs. Je trouve un livre de maths. Je le prends et je vais à la photocopieuse, mais je ne sais pas comment elle fonctionne. J’appuie sur tous les boutons, enfin je réussis. Je repose les feuilles sur le bureau et je redescends dans la cour parce que la récré est terminée.

On retourne en classe, j’explique aux élèves ce qu’ils doivent faire, je distribue les feuilles, je retourne à mon bureau et je vois qu’un élève recopie sur son voisin. J’arrive près de lui et je le mets sur un banc tout seul. Plusieurs élèves lèvent le doigt, ils me disent qu’ils ont fini. Je leur donne du travail en plus.

Maintenant, je dis que ceux qui on finit peuvent venir me montrer leur travail. Tout le monde vient en même temps. Je leur dis de venir trois pas trois et en silence. Je leur dis de s’occuper sans faire de bruit.

La sonnerie retentit, je dis qu’ils doivent ranger leurs affaires et qu’ils peuvent sortir de la classe. Je vais aux toilettes et je me regarde dans le miroir. Chouette je suis redevenue moi-même.

Maintenant je peux aller jouer avec mes amies.

JULIETTE

 

… Pour commencer je rentre dans la classe, puis Mathéo lève la main et il me demande ce qu’on on va faire aujourd’hui ? Mais le problème c’est que je ne sais pas quoi faire.

Je vais photocopier des feuilles de français, le temps qu’ils fassent les feuilles je note les devoirs de demain au tableau.

Il est l’heure de la récré, on descend boire la soupe.

La récré est finie, je frappe dans mes mains, puis tous les élèves de 5ème et 6ème viennent se ranger devant moi, on remonte en classe.

Puis comme je ne sais pas quoi faire on va faire des jeux, vu que je sais que les enfants aiment bien les jeux. Puis le temps passe vite et il est déjà l’heure d’aller manger.

Quand j’arrive à la cantine, ça me fait bizarre d’aller à la table des instits, plutôt que d’aller avec mes amis.

Le temps de la récré, je monte préparer et corriger les feuilles pour cette après-midi. Il est une heure vingt et je descends dans la cour, puis je remonte en classe avec les élèves et Mathéo se met à pleurer et me dis qu’il veut rentrer chez lui et qu’il a mal à la tête. Je sonne à sa maman et elle vient le chercher.

Puis il est déjà 14 h 30, je dois corriger les feuilles avec les élèves, mais je ne connais pas les réponses.

Et enfin la sonnette sonne il est 15 h 30, la journée a été très dure j’espère que demain je ne redeviendrai pas instit.

Léo

Mise à jour le Lundi, 30 Mars 2020 08:19
 
Dans la peau de mon instit. PDF Imprimer Envoyer
Travaux des élèves - Noirefontaine

Mercredi 14 février. Ce matin, j’ai du mal à ouvrir les yeux. Un nouveau jour d’école m’attend, mais je n’arrive pas à m’extraire du lit … Bizarre !

Je me dirige tant bien que mal vers la salle de bain, ouvre la porte et, STUPEUR, tombe nez à nez avec un nouvel instituteur !

HORREUR ! Ce n’est pas monsieur Michaël qui se trouve face à moi, c’est mon reflet ! Pendant mon sommeil, je me suis transformé en instit !!!

8 H 30. La sonnerie retentit. Les élèves (ceux qui étaient encore hier mes copains) se rangent face à moi, mais je dois à tout prix garder mon secret. Alors, pour ne pas éveiller les soupçons, je vais tenter de jouer mon rôle à la perfection…

contrôle de grammaire et conjugaison. Je tombe sur un élève qui triche. Je lui dis : “Tu as une punition pour demain, mets le bonnet d’âne et va au coin je n’aime pas la tricherie.”

Puis les élèves ainsi que moi sortons en récréation. Quand nous rentrons en classe il y a un cadeau sur mon bureau. Je l’ouvre c’est une boîte de chocolats au caramel fondant enrobé de chocolat.

 

J’en prends un, je demande qui me les a offerts. Aucun doigt levé je ne dis rien de toute façon personne ne se dénonce. Tant pis !

 

A midi nous mangeons purée et saucisse. La purée est beaucoup trop poivrée j’en pleure.

 

L’élève qui a triché ce matin a recommencé je le punis encore avec 200 lignes : “Je ne dois pas copier sur mes voisins en classe” et encore, je pourrais rallonger.

Je finis de corriger les interros que je distribue aux élèves.

 

Nous recevons la directrice dans notre classe. Celui qui trichait ce matin se fait embarquer par la directrice. Il vient nous voir et fait ses adieux, il est renvoyé définitivement. J’en pleure intérieurement.

 

Nous sortons pour la dernière fois de la journée. Tout est calme même les élèves sortent en rafale. C’est là que je redeviens une petite fille au habits sales et boueux.

 

Eline J.

 

… Aujourd’hui, j’ai du mal à y croire, mais je suis à la place de ma maîtresse d’hier, quand la sonnerie retentit, les élèves se rangent devant moi, ce qui est normal, puisque je suis une instit.

Je rentre dans la classe et il y a mon amie qui dit que je suis malade. Je le sais puisque je suis devenue une instit.

Donc je commence mon cours de math et puis on me pose des questions que je ne sais pas répondre.

L’heure de la récréation sonne et toutes les questions qu’on me pose, je ne les sais pas.

Après la récréation, je rentre en classe, et tout recommence à mal tourner je ne dis pas le secret.

Comme c’est mercredi, je me dis que c'est la dernière heure de cours. Alors, je continue la leçon, et je leur demande de sortir leur journal de classe et d’écrire le devoirs des tables de multiplications.

La sonnerie retentit, alors ils me disent à demain.

Voilà une journée d’école dans la peau de mon instit.

Rachel

 


Mise à jour le Lundi, 30 Mars 2020 08:19
 
Dans la peau de mon instit. PDF Imprimer Envoyer
Travaux des élèves - Noirefontaine

Mercredi 14 février. Ce matin, j’ai du mal à ouvrir les yeux. Un nouveau jour d’école m’attend, mais je n’arrive pas à m’extraire du lit … Bizarre !

Je me dirige tant bien que mal vers la salle de bain, ouvre la porte et, STUPEUR, tombe nez à nez avec un nouvel instituteur !

HORREUR ! Ce n’est pas monsieur Michaël qui se trouve face à moi, c’est mon reflet ! Pendant mon sommeil, je me suis transformé en instit !!!

8 H 30. La sonnerie retentit. Les élèves (ceux qui étaient encore hier mes copains) se rangent face à moi, mais je dois à tout prix garder mon secret. Alors, pour ne pas éveiller les soupçons, je vais tenter de jouer mon rôle à la perfection…

 

… “ Bon très bien, assoyez-vous”.

C’est étrange, car aujourd'hui, c’est moi qui donne les consignes. J’ai envie d'éclater de rire, mais il faut que je reste Monsieur Michaël.

Bon ben, je ne sais pas par quoi commencer, alors je me souviens qu'il y a un devoir de français et …

Soudain, je suis au bord de la crise cardiaque. Je n’en reviens pas, le vrai Monsieur Michaël est là, en face de moi je ne sais pas quoi faire, mais j’ai une idée ! Je demande au vrai Monsieur Michaël qu'on aille discuter.

Alors, on part dans le couloir. Je lui fais très peur en criant : “AAAAAAAAAAAAAH”, en prenant mon couteau en le faisant passer derrière mon bras. Il a tellement peur qu’il s’évanouît et je le traîne jusqu'à la cuisine, à la cantine, et je le mets dans une armoire.

Heureusement, monsieur Walter est dans le réfectoire.

Et puis, j'entends la cloche qui sonne. Je rentre en classe et je vois des avions en papiers, des boules de papiers, les armoires vidées et les enfants tout décoiffés.

Je leur donne une punition, et tant qu'ils n’ont pas fini, ils ne peuvent pas sortir !

Et puis, c’est le temp de midi, on mange bien. Et encore une fois, je frôle la crise cardiaque, je ne sais pas comment, mais le vrai Monsieur Michaël a réussi à sortir de l’armoire.

Il me fait une de ses peurs ! Il me lance par la fenêtre de la classe

et …

Enfin, je vous laisse imaginer la fin de l’histoire, moi, je n’ai pas encore décidé.

SAMUEL

 

… La première feuille que je distribue, c’est des solides et figures. Moi qui ne suis pas très douée dans cette matière, je stresse un peu, mais bon, je verrai bien, mon intelligence a peut-être évolué.

Pendant que les élèves font leurs exercices, je dois corriger les contrôles d’hier. La dernière feuille, c’est la mienne, je ne sais pas si je dois mettre tout bon ou bien corriger. Je suis honnête et je vais bien corriger.

Ça y est, c’est la récré de dix heures, ça fait bizarre de ne pas discuter avec mes amies. Mais le point positif est que je sais ce qui va y avoir à la marche parrainée en fin d’année.

La récré est finie, je rentre en classe avec mes élèves. Pauline doit ramasser les feuilles de solides et figures pendant que Clément distribue des feuilles de traitement de données. Tout le monde est calme et silencieux.

Je corrige les feuilles de solides et figures et je découvre que je suis plus intelligente qu’avant.

C’est bientôt midi mais avant ça, je distribue une deuxième feuille de conjugaison à ceux qui ont fini la première.

Midi arrive, je demande aux élèves de se ranger devant la porte pour aller dîner. Je mange avec les profs, c’est beaucoup plus calme. Je finis de manger et je vais dans la cour de récré après avoir corrigé les feuilles de traitement de données. Je retourne vite en classe parce que j’ai oublié de préparer un film. je retourne dans la cour, j’arrive pile à temps pour faire les rangs.

Quand nous arrivons en classe, je dis aux élèves de ranger les feuilles dans la farde de transfert. Je vais atteindre les lumières pour le film, puis j’allume mon ordi. Le film commence et les enfants sont attentifs. Le film se termine et je dis aux élèves de ranger leurs affaires pour aller se ranger.

Quand les élèves sont tous partis, je descends les escaliers et je tombe. Je me réveille en sursaut. Je vais vite me voir dans la glace, et je vois que je suis redevenue moi-même. Je saute de joie et je dis à ma maman que je ne suis plus un prof. Elle ne comprend rien.

Emy

 

… Lorsque je suis à “mon” bureau, Eline vient me montrer sa feuille car elle ne comprend pas.

Je suis bien embêtée et lui dis : “Tu n’avais qu’à écouter !”.

Le problème c’est qu’elle me rappelle que je n’ai rien expliqué depuis le début de la journée.

Ouf ! Je suis sauvée, la sonnerie de 10 heures retentit.

Quelques minutes plus tard, je suis sensée faire le cours de français,

il y a juste un petit inconvénient, c’est la matière dans laquelle je suis la plus nulle.

Et il n’y a plus d’exercices sur le bureau, je suis obligée de tout expliquer au tableau.

Puis me vient une idée, je vais écrire seulement ce que je connais.

Midi la sonnerie retentit de nouveau.

Je peux enfin cesser de travailler et également rentrer chez maman.

Elise



Mise à jour le Lundi, 30 Mars 2020 08:19
 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL
Réalisation :
www.syldesign.be



ecolescommunales.be - Toute reproduction partielle ou totale est interdite.