ecolescommunales.be - logo
Ma vie de ... PDF Imprimer Envoyer
Travaux des élèves - Noirefontaine

MA VIE D'EFFACEUR

- Bonjour, je suis l'effaceur de tableau et ma vie n'est pas facile tous les jours.

J'efface seulement le tableau au cours de néerlandais, mais bon, le cours dure assez longtemps donc, j'efface souvent le tableau. Mais bon c'est la vie.

Un jour, quand madame effaçait avec l'effaceur, moi quoi, elle me laissa tomber par terre et, PATATRA! Tout ce que madame avait mis de craie sur moi est tombé sur le sol et s'est transformée en un énorme nuage de poussière faisant tousser tous les élèves de la classe y compris madame.

C'est la première fois que cela m'arrivait, j'étais tombé sur le sol, toute la craie que j'avais sur moi s'est volatilisée, envolée, disparue.

Heureusement, elle ne m'a pas enlevé toute la craie de mon corps d'effaceur.

Valérian

Ma vie de pot de colle.

- Bonjour, je suis le pot de colle et ma vie n'est pas facile tous les jours...

J'ai été fabriqué par Pritt. Quand j'ai été fabriqué, j'étais content d'être venu au monde. Ensuite, je suis allé dans la ''Papeterie des Ardennes''. Je n'avais pas beaucoup d'amis, heureusement j'en avais un : il s'appelait Pritt junior. Quelqu'un m'a emmené. J'ai eu très peur à ce moment-là.

Dans ce plumier il y avait : une calculette, une équerre, un crayon... Quand on ouvrait mon couvercle, je voyais plein d'étudiants.

La première fois qu'on a ouvert mon couvercle, j'ai tourné mes yeux et j'ai vu un étudiant. Il avait les yeux bleus, des cheveux blonds et un pull vert...

La première fois qu'on a utilisé ma colle, ça faisait mal, ça piquait très fort. J'ai vu ce qu'on a collé sur une feuille, c'étaient des étiquettes pour apprendre les déterminants. Et on collait, ça faisait moins mal et hop on me rangeait dans le plumier.

J'entendais basculer le sac de l'étudiant, ça faisait mal à la tête. Tous les instruments d'école bougeaient.

Le deuxième jour, on a pris ma colle et ça faisait encore plus mal que le premier jour.

Je ne savais pas pourquoi. Le deuxième jour il n'y avait plus de colle.

Emanuel


Ma vie de marqueur.

- Bonjour, je suis un marqueur et ma vie n'est pas facile tous les jours.

Je ne sers qu’à dessiner pour donner au dessin une touche artistique. Mais parfois, quand on m'utilise de trop je ne marche plus et on me jette à la poubelle.

Pendant que moi, je reste tout seul dans la poubelle, un camion arrive et vide la poubelle. Ensuite, il m’emmène dans une décharge et une personne me prend dans sa main. Puis on tire la cartouche et on m'en remet une nouvelle.

Après, on m’emmène dans une voiture et on me dépose dans le magasin où j'ai été acheté par mon ancien propriétaire.

Heureusement, il revient dans le magasin et me retrouve, il m'achète et nous revoilà réunis. Mais cette fois-ci, il ne me jettera plus à la poubelle, car il a acheté, en même temps, des cartouches. Quand je ne marche plus, il m'en remet une nouvelle pour ne plus me jeter à la poubelle

Ymorick.

Mise à jour le Jeudi, 21 Décembre 2017 13:48
 
Réalisation :
www.syldesign.be



ecolescommunales.be - Toute reproduction partielle ou totale est interdite.