ecolescommunales.be - logo
Au musée... PDF Imprimer Envoyer
Travaux des élèves - Noirefontaine

 

DANGER, accès formellement interdit

 

La semaine passée, je visitais un musée. J'étais très intrigué(e) par toutes ces choses étranges qui y étaient exposées.

Au bout d'un couloir, j'ai vu un panneau : ce panneau signifiait danger donc on ne pouvait pas y entrer. Avec mes parents, nous sommes si curieux que nous y sommes allés.

 

Quand nous sommes entrés, il y avait des bruits de clown, mais étranges. Mes parents ont continué à avancer, mais moi je me suis arrêté.

 

D'un coup une main surgit et a attrapé mes parents. Je me suis précipitée vers la main de la personne, mais je me suis aussi fait attraper.

 

Quand nous nous sommes réveillés, nous étions dans une caverne avec plein de souris. Juste quand nous nous sommes réveillés le monsieur ou le monstre est venu nous dire que nous resterons toute notre vie enfermés là.

 

Quand le monsieur est parti, avec mes parents, nous avons essayé de nous échapper. Mes parents ont arraché la porte et on a pu sortir de la caverne. Après nous sommes partis dehors et nous avons repris la voiture et nous sommes retournés à la maison.

 

Quand nous sommes arrivés à la maison, ma maman a téléphoné à ma mamy et elle lui a tout expliqué. Elle n'en croyait pas ses oreilles. Ma mamy a coupé le téléphone et a raconté tout à mon papy.

Juste après avoir téléphoné à ma mamy, nous sommes allés au commissariat.

 

Le juge avait promis qu'il fermerait le musée. Quelques mois après, le musée était fermé.

 

Depuis, il n'y a plus de musée et avec les tempêtes, le bâtiment s'est effondré.

Et plus personne n'en parle plus.

 

 

Anaïs

Musée

 

La semaine passée, je visitais un musée. J'étais très intrigué par toutes ces choses étranges qui y étaient exposées. Au bout du couloir, j'ai vu ce panneau: «Danger accès formellement interdit».

 

J'y suis entré et j'ai vu une grotte. Je m'y suis introduit et puis «Pouf», avalanche. Il faisait très noir, mais, dans mon sac, j'avais une lampe de poche. J'avais aussi un appareil photo. Avec le flash j'ai pu y voir mieux. Je marchais quelques mètres et puis «Pouf» tout sur ma tête.

 

Je me suis réveillé dans une machine qui transforme tout en pierre. C'était là qu'on faisait les statues bizarres. Une pince m'a mis dans un parc pour les bébés, la honte.

 

FIN.

Thibaut.

Mise à jour le Mardi, 17 Octobre 2017 12:53
 
Réalisation :
www.syldesign.be



ecolescommunales.be - Toute reproduction partielle ou totale est interdite.