ecolescommunales.be - logo
Histoires... PDF Imprimer Envoyer
Travaux des élèves - Noirefontaine

 

Un facteur surprenant.

Un matin normal, dans une famille tout à fait normale, il allait se passer quelque chose d'anormal.

Comme d'habitude, le facteur passait dans cette ville paisible. Ce matin-là, enroulé entre les livres et les revues, se cachait un bébé qui n'avait rien à faire là.

Quand la famille découvrit malencontreusement ce nourrisson dans leur boite aux lettres, ils furent surpris. Mais ils l’accueillirent tout de même chez eux, ils essayèrent de trouver ses parents.

En ce moment précis, des tas de questions parcouraient la famille : «Allons-nous le garder. Comment allons-nous faire?...»

Au final ils décidèrent de le garder tout au long de sa croissance. Et le bébé y vécut bien.

Camille C.

 

 

Le fantôme dans le placard.

C'est l'histoire d'un fantôme qui habitait dans un placard depuis cent ans. Et oui, ce meuble se transmettait de génération en génération. Ce fantôme s’appelait Jules, mais il n'était pas tout seul, il avait une épée et cette épée parlait.

Ce placard, dans lequel étaient cachés Jules et son épée, était vide et Jules aurait aimé savoir pourquoi. Il était déjà sorti de ce placard, mais il faisait noir autour de lui. Ses parents qui étaient déjà partis depuis longtemps disaient qu'il était trouillard. Il faut dire que Jules est né dans une famille qui faisait peur et fuir les humains, alors il ne fallait pas imaginer quand c'était Halloween. Le fantôme était prêt à montrer à ses parents qu'il n'était pas un trouillard.

Il prit son épée et son courage, puis sortit du placard qui grinçait. Le fantôme avait peur, mais il la fit disparaître. Il alla près de la porte de ce qui lui semblait être un grenier, il l'ouvrit et découvrit un escalier. Il descendit l'escalier en volant et entendit des voix d'humains. Il mit plusieurs secondes à réaliser que la maison était habitée.

Soudain un homme vit que la porte du grenier était ouverte, il allait la fermer quand il découvrit le meuble, il appela quelqu'un qui le vit aussi. À deux, ils déplacèrent le placard et le descendirent dans une chambre. Ils l'ouvrirent et prirent l'épée. Jules, voyant l'épée s'éloigner, courut pour la rattraper. Le monsieur la posa et le fantôme en profita pour la prendre.

Le fantôme alla la cacher dans un endroit sûr, puis retourna dans son placard qui est maintenant plein.

 

Ombeline

 

Mise à jour le Vendredi, 12 Mai 2017 14:20
 
Réalisation :
www.syldesign.be



ecolescommunales.be - Toute reproduction partielle ou totale est interdite.